Patrimoine culturel immatériel

Traditions orales, chants, danses, fêtes, rituels, savoir-faire, recettes… Ces pratiques, combinant connaissances et outils matériels, transmises, actualisées, revitalisées à chaque génération, constituent ce que l’UNESCO appelle le Patrimoine Culturel Immatériel (PCI).

La Conférence générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture a d’ailleurs adopté, en octobre 2003, une convention internationale ayant pour objectif de le sauvegarder, de le faire respecter et de sensibiliser au niveau local, national et international à l’importance de ce patrimoine. La France a ratifié cette convention en juin 2006.

Le projet

Le projet porté par la Fédération a pour but de montrer comment les écomusées et musées de société, qui travaillent depuis toujours sur ces questions d’expressions vivantes, de mémoire et de transmission, se sont saisis de cette notion. Pour affiner la réflexion, nous nous sommes donc interrogés sur ce qui distingue le Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) tel qu’il est défini par l’UNESCO d’un patrimoine ethnologique plus « classique ». Le premier point repose sur le fait que le PCI met en valeur le regard des acteurs sur des pratiques qu’ils estiment dignes d’être objet de patrimoine.

Il s’agit donc avant tout de réfléchir aux critères de ce qui fait PCI du point de vue des communautés. Malgré sa complexité, ce thème constitue pour nos musées l’occasion de se saisir d’un nouvel outil participatif. L’autre trait saillant s’incarne dans la dimension vivante et évolutive de ces pratiques, recréées en permanence par les communautés en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire. En filigrane, c’est bien une réflexion sur la modernité que nous souhaitons mener ici. Il s’agit de sortir d’une vision folkloriste et promotionnelle pour montrer en quoi la tradition incarne un patrimoine vivant, réactivé, inscrit dans le contemporain.

Pour chaque élément présenté, nous proposons de montrer différents temps et différents lieux, permettant de suggérer la richesse et la complexité de ce patrimoine. Le principe de la démarche photographique est ainsi de faire apparaitre le rôle identitaire, festif et social de la pratique, mais aussi les savoir-faire, savoir-être mis en jeu, leur transmission, leur apprentissage et leur actualisation.

L’objectif est de montrer comment les dimensions collectives et individuelles cohabitent au sein de chaque patrimoine.

Quelques photos

La dégustation du vin Nantais – Musée du Vignoble Nantais – © Bar Floréal

Le Carnaval de Dunkerque – Musée portuaire – © Bar Floréal

La procession de la corporation des tisserands – Musée de Charlieu – © Bar Floréal

Les Sauniers – Ecomusée du Marais Salant de l’Ile de Ré – © Bar Floréal

La fabrication du Pommé ou Roumaougerie – Ecomusée du Pays de Rennes – © Bar Floréal

 

 

Comité scientifique 

Julie GUIYOT-CORTEVILLE, conservateur en chef du musée français de la Photographie

Alexandre DELARGE, conservateur de l’Ecomusée du Val de Bièvre

Valérie PERLÈS, directrice du musée-jardin Albert Kahn

En téléchargement : « Sortez des clichés », la campagne photographique réalisée en 2011 / 2012.

A venir : l’ensemble des reportages donneront lieu à l’automne 2013 à une exposition virtuelle.

Les commentaires sont fermés.